Les rites funéraires - Etude d'une Elégie

Texte en désordre

Reconstituez la traduction du texte latin en cliquant sur les éléments à placer dans le bon ordre. Utilisez le bouton "Errare" pour revenir en arrière et "Accipe" pour vérifier quand vous pensez que la reconstitution est effectuée.

Texte d’une élégie longtemps attribuée à Tibulle, mais signée en vérité d’un certain Lygdamus.

Qu’elle vienne à moi, ses longs cheveux en désordre,
Et qu’elle pleure tristement devant mon bûcher, ma Naerea. […]
Après avoir invoqué d’abord mes Mânes et adressé une prière à mon âme,
Après avoir baigné leurs mains dans l’eau pour les purifier,
La seule partie qui restera de mon corps, mes ossements blanchis
Elles les recueilleront dans les plis de leurs vêtements noirs,
Et elles répandront sur eux, une fois rassemblés, un vin chargé d’années,
Ensuite, qu’elles aient soin de les arroser d’un lait blanc comme neige,
Puis de les essuyer avec des linges de lin fin,
Et de les déposer, une fois secs, dans une demeure de marbre.

crane.jpg